Décorations Noel

Dear Christmas time… te vivre, c’est tout un mois de préparation et de réjouissances pour l’amoureuse de DIY que je suis. C’est laisser vivre sa créativité, vivoter dans un monde d’inspiration à base de paillettes, de sapins, de boules colorées, d’étoiles, de bougies aux odeurs chaleureuses… ce sont des rennes, des cerfs, du bois, des inspirations nordiques… c’est se faire plaisir mais c’est aussi penser à ceux qu’on aime, à qui on va concocter éventuellement un calendrier de l’Avent à son goût, pour qui on va remuer ciel et terre histoire de trouver les cadeaux avec un grand C… (ou pour qui on va supporter les magasins à la veille de Noël et tout ce que ça implique, n’est-ce-pas).
Cette période de l’année c’est un sacré mélange de traditions et d’influences, qui diffère selon les familles, les individus, les croyances ou non. Chacun le vit à sa façon, avec ou sans magie, avec ou sans joie, peut-être même avec ou sans amour… chacun y voit aussi ce qu’il veut y voir, tout simplement. Il y a ceux qui rêvent de voir tomber la neige pendant qu’ils ouvriront leurs cadeaux ; et il y a ceux qui rêveront de s’envoler pour un pays chaud histoire de fuir cette période de froid, de jours courts et de manque de luminosité.

Le 24, facebook m’a gentiment rappelé qu’il y a 3 ans, la tête de Grumpy Cat avec un bonnet de Noël reflétait parfaitement mon état d’esprit à cette période de l’année. Et oui… cette année je suis plus légère mais toujours avec cette part de Grumpy Cat en moi. J’ai tout fait pour voir Noël sous un autre jour, pour voir le côté « féérique » et « magique » qui plaît à tant de monde.

Mais malgré tous mes efforts, ce fut un Noël de plus avec ce poids sur ma vie. La fatigue aura eu raison de moi ; il faut dire qu’elle, elle s’en moque royalement que ce soit Noël, la fête des Poneys ou un jour lambda. Il n’y a pas eu moyen de passer un réveillon digne de ce nom ; et ce n’est pas que je n’apprécie pas les couvertures qui me réchauffaient ce jour-là, mais je n’avais à la base pas particulièrement envie de partager ce jour-là avec elles, dans ce lit. Pourtant si. La crise, celle qui vient si souvent, s’est invitée en même temps que les convives, la famille. Elle m’a aspiré le peu d’énergie que j’ai chaque jour, m’a apporté les douleurs, et a tout exacerbé en moi, comme d’habitude. Le bruit devenant insupportable, les odeurs, tout… ce n’était guère pratique, pour un jour si bruyant et riche de plats et boissons qui coulent à flot. Du fin fond de ma fatigue, je crois bien que j’ai détesté tout le monde, et je m’en voulais en même temps. Mais elle m’a tant abattue que les nerfs ont lâché bien trop vite et souvent ; elle m’a tant abattue que je n’avais plus d’énergie ni pour aimer, ni pour supporter, ni pour rien du tout. Alors lorsque la crise fut un peu passée, et que j’ai pu me mêler tant bien que mal aux « autres », je n’ai pas essayé d’être sociable, j’ai évité comme je pouvais les discussions qui pouvaient aboutir sur les questions qui fâchent « et que deviens-tu ? », « comment se passent tes études ? » et patati et patala. J’ai regardé les autres se régaler de plats qu’on ne fait que ce jour là, et s’hydrater le gosier avec un bon vin, pendant que je sirotais mon eau et dévorais du regard ces plats qui paraissaient si bons mais qui m’auraient démolie encore plus. En fait, je n’ai pas trop essayé, car je me sentais terrassée comme si je venais de me battre avec un démon. Je me suis juste appliquée à être présente, et à ne pas trop penser à mon corps qui se trouvait dans un état délirant.

Alors oui, j’aime voir mes proches, j’aime ce temps prévu uniquement pour ça… mais les festivités, c’est tellement compliqué en étant malade. Pour moi, du moins. Ne pas pouvoir se mêler à la fête, c’est délicat et ça ne fait que remuer le couteau dans la plaie quand on essaye sans pouvoir.

Chaque année, j’essaye de réinventer ces fêtes qui me sont douloureuses. Un jour peut-être, je trouverai la recette qui me convient. Pas la parfaite, mais celle qui me permettra de les vivre un peu mieux.

2 Replies to “Dear Christmas time…”

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :