La folie des petits noms

Depuis des années je nomme à peu près tout ce qui me passe par la main. Mon ordinateur, mes portables ont eu des petits noms par lesquels je pouvais les appeler lorsque je les perdais (voui voui, il y a du niveau, je sais !). Mon habitation aussi a eu son nom, un mot finnois habilement choisi par ma meilleure amie et ancienne coloc’. Bref, tout cela fait que certains symptômes, dès la 1ère heure ont eu leur « nom de code ». Ce qui me permettait d’informer mes plus proches d’un malaise venant, n’importe quand, avec n’importe qui, en toute discrétion. Ne nous le cachons point, certains maux corporels ont des noms à coucher dehors, et un prénom ne fait vraiment pas de mal, pour ne pas entendre des termes médicaux à longueur de journée !

Et pourtant… plus la maladie avançait, moins j’ai donné de noms. J’ai grandi, ces enfantillages n’étaient plus pour moi (je rigole complètement en fait, je n’ai pas arrêté). J’étais perdue dans cette longue liste de symptômes et dans le « c’est dans la tête« . Pourquoi alors donner un nom si c’était juste moi qui débloquais ?

Puis il y a eu le diagnostic, et j’ai enfin pu dire « la maladie« . C’est bien comme ça que je l’appelle d’ailleurs par ici. Mais « maladie » ce n’est pas si beau comme mot… quand bien même il sonnerait juste à mes oreilles, il reste connoté très négativement pour moi. Et puis ça fait lourd, d’écrire ce mot encore et encore juste pour parler de cette inconnue qui s’est ajoutée à l’équation de mon être. J’en suis à un point où je veux quelque chose de plus poétique, d’un peu plus léger. Je veux pouvoir parler d’elle sans être restreinte au côté oppressant de la chose.

Photo noir et blanc

Nommer sa maladie…

Il y a quelques jours, je suis tombée sur un petit reportage à propos de Marine, qui a créé la page facebook « Seper Hero » et que j’avais déjà découverte l’année dernière. Je vous invite à jeter un oeil à la page de cette jeune femme pleine d’énergie, j’aime beaucoup sa façon de voir les choses et de les partager ! Elle est atteinte de sclérose en plaques, et elle a nommé sa maladie Rosy. Déjà il y a un an je m’étais imaginée moi aussi nommer ma maladie, mais je n’avais rien trouvé qui correspondait à cette dernière. D’habitude, les petits noms viennent tout seuls, comme par affinité. Là, pas du tout… le vide intersidéral de la nomination de l’innommable…

C’est en y repensant tout à l’heure que je me suis dit « et pourquoi pas un de ces prénoms que je trouve un brin distingué » ? Ce serait un sacré décalage avec cette saleté de maladie qui est tout sauf distinguée. Sauf qu’en un sens, elle est carrément sophistiquée, je ne peux pas le nier… et c’est là, au fil de ces pensées, que le petit nom m’est venu. Mais je savais que je ne pourrais pas l’approuver tant que son étymologie ne m’aurait pas montré que ça collait (oui je sais, décidément, j’ai des pratiques vraiment étranges, mais j’assume pleinement ! ^^). Et bien franchement, ça ne pourrait pas coller mieux ! Ce petit nom vient du vieil anglais qui signifie « doux » et « force » à la fois.

Là, vous vous demandez peut-être en quoi cette maladie est douce. En pas grand chose, je vous l’accorde. C’est plutôt ce qu’elle me force à être : forte et douce à la fois. Forte, pas besoin de faire un dessin : pour lui faire face et si possible lui faire manger sa tête de dinde. Quant à la douceur, et bien… il m’en faut un énorme paquet, pour supporter tout ça sans me faire plus de mal encore. J’en ai besoin plus que jamais, pour ne pas me mettre trop la pression, pour ne pas me culpabiliser outre mesure, pour me supporter, pour essayer de contenir mon être qui bouillonne de trop d’émotions à la fois, pour contenir la colère et la tristesse qui m’habitent si souvent. Il m’en faut aussi 24h/24 et 7j/j, pour suivre tous mes traitements à la lettre, pour m’écouter afin de gérer mes cuillères, pour agir avant les symptômes… etc, etc. La liste est longue.

Fleurs blanches

Et au final, ce petit nom ?!

Et bien voilà, je vous présente Mildred, celle qui me force à être forte et douce à la fois. (Ou du moins, à essayer !). Lady Mildred, la teigne du siècle, l’indésirable et indésirée, l’intrus, l’Einstein de la bactérie, l’indétrônable, l’indécrottable, celle qui pense être plus maligne que moi. (Quel toupet. J’espère qu’elle ne l’est pas réellement).

Et sinon, vous aussi vous donnez des petits noms à tout et n’importe quoi ? Ou je suis la seule folle à faire ça ? ^^

10 Replies to “J’ai nommé ma maladie.”

  1. J’aime toujours autant la douceur de tes articles et leurs empreintes d’humanité. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire cet article et en même temps, ça me rend triste. Triste parce que je sais que tu es malade, que je ne te connais pas et que je ne peux rien y faire. On en brièvement discuter une fois et je me sentais déjà terriblement désolée pour toi. Mais comme tu l’as dit, tu es forte et douce.
    Un très joli article qui montre encore toute ta douceur et ta force.

    PS : Oui je donne des prénoms à des choses mais pas à tout…Et surtout…à mes plantes. x)

  2. Merci pour ton commentaire, qui me fait vraiment très plaisir 🙂 et merci pour ton empathie également ! Je suis contente de lire que tu as quand même pris du plaisir à lire cet article, malgré la tristesse que tu as ressentie aussi… en fait je n’écris pas seulement pour le plaisir, mais aussi parce que je trouve important d’en parler. Il y a des moments où le plus dur c’est le manque de compréhension et la solitude que ça peut donner à ressentir. Sinon, je me suis amusée à écrire cet article, à donner un nom à ma maladie et lire ton commentaire m’aura mis un peu de baume au coeur 😉 je trouve quand même du positif dans tout ça <3
    Oh super ahah ! Je serai curieuse de connaître leurs noms ^^. D'ailleurs, je vais t'envoyer un message car j'ai lu ton livre !

  3. Toujours autant de douceur, de volonté et de force, à travers cet article, pour décrire ce que tu vis au quotidien, ta maladie que tu nommes Mildred !
    alors, je souhaite que tu guérisses de cette terrible maladie et que tu trouves un petit surnom qui sera certainement Victory !
    Bisous !

  4. Merci beaucoup Val, tes mots me font plaisir 🙂 Ca sera donc l’objectif, de pouvoir changer Mildred en Victory, ou Victoire pour rester dans les jolis prénoms distingués ^^ ! Bisous !

  5. je t’assure tu n’es pas la seule a donner des noms à tout bout de champs 🙂 mes plantes ont toujours des « vieux » prénoms du genre joséphine, Cunégonde, Bernadette etc. ^^ et je souhaites de tout coeur que tu guérisses de Mildred ! des bisous 😀

  6. C’est marrant tu es loin d’être la 1ère personne à me dire qu’elle nomme ses plantes 😀 n’empêche ce sont de jolis prénoms pour elles, je suis sûre qu’elles apprécient ! ^^ Merci beaucoup à toi, bisous !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :